retour Retour

Vœu relatif à la mise en place de "cagnottes" dans les établissements scolaires pour lutter contre l’absentéisme.


D�lib�ration affich�e � l?H�tel-de-Ville

et transmise au repr�sentant de l?Etat le 30 octobre 2009.

Re�ue par le repr�sentant de l?Etat le 30 octobre 2009.

Le Conseil de Paris, si�geant en formation de Conseil municipal

Depuis le 5 octobre, l'Acad�mie de Cr�teil a autoris� la mise en place dans trois de ses lyc�es professionnels d'une "cagnotte collective" visant � lutter contre l'absent�isme. Cette somme, fix�e initialement � 2 000 euros par classe, sera abond�e tout au long de l'ann�e et pourra atteindre jusqu'� 10 000 euros si les �l�ves respectent les engagements pris en termes d'assiduit� et de comportement. A la fin de l'ann�e, cette "cagnotte" pourra servir � financer des projets allant du passage du permis de conduire � l'organisation d'un voyage scolaire.

La logique qui sous-tend cette exp�rimentation est inacceptable. En modifiant profond�ment la raison d'�tre de l'enseignement, elle remet en cause certains des principes fondateurs de l'Ecole r�publicaine. La vocation premi�re de notre syst�me scolaire est de fournir � chacun les moyens de s'�panouir et de s'ins�rer professionnellement dans la soci�t�. L'apprentissage est ainsi con�u comme un processus d�sint�ress� o� l'�l�ve travaille avant tout pour lui-m�me. En aucun cas, il ne doit devenir une activit� "r�mun�r�e" sur des crit�res d'assiduit�. L'attribution de places de football d�cid�e par un lyc�e professionnel de Marseille pour lutter contre l'absent�isme laisse ainsi entrevoir les pires d�rives sous-jacentes de ce syst�me.

Au-del� de la p�riode de scolarit� obligatoire, c'est avant tout la qualit� de la formation et les atouts qu'elle repr�sente pour l'avenir des �l�ves qui doivent motiver leur pr�sence. C'est, dans ce cadre, une logique de la responsabilisation qu'il faut promouvoir et non celle de "la carotte et du b�ton".

L'ampleur de l'absent�isme scolaire que connaissent certains �tablissements aujourd'hui est sans conteste une question de fond pos�e � l'institution et � l'ensemble de la communaut� �ducative. Pour y r�pondre efficacement, ce ph�nom�ne doit �tre envisag� dans toutes ses dimensions - �ducatives, sociales, �conomiques, familiales, etc. - par l'ensemble des acteurs intervenant dans ou autour de l'Ecole.

Loin des effets d'annonce et � rebours de son d�sengagement, y compris humain, toujours plus fort en mati�re d'�ducation, l'Etat doit � son tour prendre ses responsabilit�s en la mati�re, notamment par le d�veloppement de d�marches p�dagogiques et d'accompagnement � la scolarit� innovantes � destination des plus fragiles. Ces dispositifs ne devant pas �tre con�us comme des r�compenses mais bien comme des facteurs de coh�sion au sein d'une classe ou d'un �tablissement.

Aussi, sur proposition de Mme Marie-Annick Barthe et des �lus du groupe socialiste, radical de gauche et apparent�s,

Emet le voeu que :

Le Maire de Paris intervienne aupr�s du Recteur de l'Acad�mie de Paris afin d'obtenir l'assurance que des dispositifs type "cagnotte" ne seront pas exp�riment�s dans les �tablissements scolaires parisiens.

Octobre 2009
Déliberation
2009 V. 323
Conseil municipal
retour Retour