retour Retour

2008, SG 50 - Signature d'une convention avec l'association "Festival de films gays & lesbiens de Paris" (20e) pour l'attribution d'une subvention. - Montant : 23.000 euros.


M. Fran�ois DAGNAUD, adjoint, pr�sident. - Nous passons au projet de d�lib�ration SG 50, sur lequel Ian BROSSAT est inscrit. Christophe GIRARD lui r�pondra.

M. Ian BROSSAT. - Il s'agit d'un projet de d�lib�ration sur une subvention en faveur du "Festival des films gays et lesbiens de Paris".

Quelques mots pour justifier le vote enthousiaste des �lus communistes sur ce projet.

Ce festival est un moment important d'un double point de vue. D'abord, en termes d?aide aux jeunes, puisque l?association "Le Mag", qui a vocation � aider les jeunes � s'accepter et � s'assumer dans le respect des diff�rences saisit cette occasion pour mettre en place une s�ance sp�ciale. Moment important aussi en termes politiques, puisque sont organis�s � cette occasion des rencontres et des d�bats avec des r�alisateurs, des r�alisatrices, des auteurs, des journalistes sur des th�mes abord�s par le cin�ma : �ducation et homophobie, situation des gays en Italie, avanc�e des droits en Europe.

Voil� une somme de raisons qui font que je me r�jouis que la Ville de Paris s'associe � la R�gion et � l'Etat, � de nombreux m�dias aussi, et contribue ainsi � cette indispensable action en faveur du vivre ensemble dans la diversit� et la mixit� sociale et culturelle.

M. Fran�ois DAGNAUD, adjoint, pr�sident. - Merci.

La parole est � Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Ian BROSSAT a bien raison, quel ennui si nous �tions tous identiques !

Il s?agit, en effet, de la 14e �dition de ce festival qui se d�roulera du 4 au 11 novembre au cin�ma "Le Rex". Treize ans de programmation audacieuse. Chaque grande ville, chaque grande capitale a un festival de films gay et lesbien ; c'est presque banal. S'y opposer friserait � mon avis le ridicule.

Treize ans de programmation audacieuse ont fait de ce festival un �v�nement important de la vie culturelle parisienne. Plus de 80 % des films pr�sent�s ne sont pas distribu�s en salle. Ce sont des films fragiles. Le festival permet donc de faire d�couvrir des films que les r�seaux habituels de distribution n'inscrivent pas toujours � leur catalogue.

J'ajouterai d'ailleurs, et Ian BROSSAT le sait, qu'il y a parfois des films interdits dans des pays particuli�rement homophobes. Des films viennent par exemple d'Iran, de pays o� il y a en effet une homophobie d'Etat.

En 2007, le Festival a accueilli pr�s de 5.000 personnes. Cela ne me para�t pas une petite fr�quentation sur une semaine de programmation. C'est pour cela que la Ville tr�s naturellement et tr�s modestement le soutient depuis 2002. Et rien de plus.

M. Fran�ois DAGNAUD, adjoint, pr�sident. - Merci.

Je mets aux voix, � main lev�e, le projet de d�lib�ration SG 50.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de d�lib�ration est adopt�. (2008, SG 50).

Septembre 2008
Débat
Conseil municipal
retour Retour