retour Retour

2008, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif au mal logement à Paris et aux associations qui oeuvrent dans ce domaine.


M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, pr�sident. - Nous examinons le v?u r�f�renc� n� 107 dans le fascicule, d�pos� par le groupe "Les Verts", relatif au mal logement � Paris et aux associations qui oeuvrent dans ce domaine.

Je donne la parole � M. Ren� DUTREY.

M. Ren� DUTREY. - Le groupe "Les Verts", et pas seulement lui, n'en revient toujours pas de la condamnation qui a frapp� l'association "Droit Au Logement" de 12.000 euros d?amende.

Nous ne comprenons pas comment un agent asserment� pour traiter l'hygi�ne sur la voie publique, se promenant dans une rue du 2e arrondissement apr�s avoir verbalis� un frigo, un matelas, un d�p�t d?ordures, tombant sur une rue avec plus de 200 tentes a pu confondre des tentes avec des familles dedans et un d�p�t de d�tritus.

C'est un myst�re, je ne sais pas s'il faut chercher vers la formation des professionnels inspecteurs ou s'il y a eu consigne politique pour consid�rer ces tentes comme des d�tritus. Ce qui est assez inqui�tant.

Est-ce que la Pr�fecture va aller jusqu'� verbaliser toutes les tentes sur la voie publique ? Y a-t-il un statut particulier pour les tentes du D.A.L. ?

C?est ce qu'inspire cette condamnation. En �tant logique, le D.A.L. est condamn�, cela signifie que l'ensemble des S.D.F. demain fera l'objet de cet article permettant de condamner les d�p�ts d'ordures sur la voie publique.

Devant ces interrogations qui ne trouvent pas de r�ponse, je n'ai pas �t� rassur� non plus par la r�ponse du Pr�fet qui signalait que les associations avaient tendance � inciter les gens � rester dehors, et que, par corr�lation, c?est pour cela que certains gymnases restaient vides. Ne pouvant accepter cette r�ponse nous avons d�pos� ce v?u avec un objectif symbolique, car ce n'est pas dans la pratique de l'association "Droit Au Logement" de demander des subventions.

Cependant, si l'association "Droit Au Logement" venait � �tre g�n�e dans son action par ce harc�lement juridique, il s?agit de savoir si elle peut compter sur la Ville de Paris.

C'est l'objet de ce v?u que nous n'allons pas maintenir. Nous avons discut�, nous sommes certains que la Ville de Paris soutiendra le D.A.L. s'il venait � �tre en difficult� financi�rement.

Ce v?u est retir�, je souhaitais intervenir une nouvelle fois sur ce sujet.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, pr�sident. - Je vous remercie.

Le v?u n� 107 est retir�.

Décembre 2008
Débat
Conseil municipal
retour Retour