retour Retour

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à certaines places de stationnement situées dans le 16e arrondissement.


Mme Anne HIDALGO, premi�re adjointe, pr�sidente. - Nous passons � l'examen du v?u r�f�renc� n� 78 dans le fascicule, d�pos� par le groupe U.M.P.P.A., relatif � certaines places de stationnement situ�es dans le 16e arrondissement.

Madame BOULAY-ESPERONNIER, vous avez la parole.

Mme C�line BOULAY-ESPERONNIER . - Merci, Madame le Maire.

La question du stationnement ou plut�t du manque de possibilit�s de stationner dans Paris est cruciale. C'est, chacun en conviendra, un v�ritable probl�me auquel il faut trouver des solutions.

Bien entendu, le 16e arrondissement n'est pas �pargn�, loin s'en faut. Le manque de possibilit�s de stationnement s?y accro�t continuellement : manque de places de stationnement en surface, manque de places de parkings souterrains, lesquelles, quand elles existent, sont propos�es � des tarifs r�dhibitoires.

Lors du conseil d'arrondissement du 16e le 8 d�cembre dernier, nous avons adopt� � l'unanimit� le v?u que les 1.000 emplacements du 16e r�serv�s aux livraisons puissent �tre utilis�s par les riverains la nuit entre 21 heures et 7 heures du matin, constituant ainsi une solution pour les nombreux riverains qui tournent des heures le soir afin de trouver un emplacement hypoth�tique o� se garer.

En effet, si ces emplacements sont d'une utilit� �conomique en journ�e, ils ne le sont qu'� titre tr�s exceptionnel la nuit et il semble �tre de bon sens de pouvoir les utiliser � des moments o� ils seraient fort utiles.

Les 3e et 17e arrondissements ont d�j� fait des demandes aupr�s du Conseil en ce sens et les �lus du 16e les rejoignent aujourd'hui.

Merci.

Mme Anne HIDALGO, premi�re adjointe, pr�sidente. - Je donne la parole � Mme LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - En effet, les �lus du 17e, dont je suis d'ailleurs, et les �lus du 3e arrondissement ont non seulement fait cette demande, mais il se trouve que nous projetons d'appliquer cette exp�rimentation � partir du mois de f�vrier ; nous devrions �tre pr�ts. C'est un travail que nous menons en partenariat, bien s�r, avec la Pr�fecture de police et les deux maires d'arrondissement concern�s. Nous avons eu un certain nombre de r�unions de travail, parce que cela demande bien s�r un travail en amont, une pr�paration.

En tout cas, j'observe que Conseil de Paris apr�s Conseil de Paris, nous avons des v?ux d?� peu pr�s tous les arrondissements qui nous font la m�me demande. Ceci veut dire que l'exp�rimentation que nous allons conduire dans deux arrondissements va �tre regard�e de pr�s, donc elle doit, bien �videmment �tre r�ussie.

Je vous tiendrai inform�s du bilan de cette exp�rimentation, mais vous comprendrez qu'il faut d'abord la mener avant de l'�tendre � d'autres arrondissements.

Pour ces raisons, je vous demanderai de retirer ce v?u.

Merci.

Mme Anne HIDALGO, premi�re adjointe, pr�sidente. - Madame BOULAY-ESPERONNIER, retirez-vous ce v?u ?

Mme C�line BOULAY-ESPERONNIER . - Je le maintiens.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, premi�re adjointe, pr�sidente. - Je mets aux voix, � main lev�e, la proposition de v?u d�pos�e par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis d�favorable de l'Ex�cutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repouss�e.

Décembre 2008
Débat
Conseil municipal
retour Retour