retour Retour

10- 1997, DPE 63 - Communication de M. le Maire de Paris sur la propreté et le traitement des déchets. (Suite)



M. Roger ROMANI, adjoint, pr�sident - Avant de passer � l'ordre du jour du Conseil g�n�ral, M. TR�M�GE souhaitait dire un mot pour clore le d�bat de la matin�e.
M. Patrick TR�M�GE, adjoint, rapporteur. - Il est exact que ce matin, je ne voulais pas allonger les d�bats. Merci d'y revenir � l'occasion de deux interventions remarquables que je voudrais souligner ; je souhaiterais y r�pondre en quelques mots.
Celle de Mme DOUVIN, tout d'abord, au nom du groupe " Paris-Libert�s ", dont je remercie la qualit� du travail. Elle a bien voulu se f�liciter de l'�norme effort que la Municipalit� allait consacrer aux bennes �lectriques. C'est effectivement l'un des projets forts, l'un des projets essentiels que nous aurons � voter pour notre prochain budget. Elle a raison de souligner que le plan " Vigipirate " a �t�, pour nous, quelque chose d'assez d�licat � traiter. Et aujourd'hui, m�me si les poubelles s'ouvrent � nouveau, il n'en reste pas moins que nous sommes encore sur cette pente d�licate et que nous faisons tous les jours des efforts suppl�mentaires afin de pallier ces insuffisances.
Elle nous donne deux excellentes id�es que je retiens.
La premi�re, c'est la journ�e p�dagogique sur l'environnement et la propret�. C'est une notion que je proposerai au Maire de mettre en place, car c'est quelque chose de tout � fait essentiel.
Dans cet esprit, elle propose �galement l'ouverture d'un mus�e qui pourrait �tre consacr� � l'environnement et � la propret�. C'est une id�e tout � fait int�ressante. Le Maire de Paris y est, pour sa part, favorable. Reste � voir les probl�mes budg�taires que cela pourrait poser.
En tout �tat de cause, je me permettrai, lors d'une prochaine communication, de la tenir inform�e de ce qu'il est possible de faire dans ce secteur.
La deuxi�me intervention, tout aussi de qualit�, est celle de M. VIVIEN, dont je voudrais remercier l'hommage qu'il a bien voulu rendre aux services de la D.P.E. Il a bien compris, comme il l'a soulign�, l'esprit dans lequel nous travaillons pour les espaces canins, les d�chetteries et les espaces propret�.
Vous avez raison, Monsieur VIVIEN, d'attirer notre attention sur la difficult� de la collecte s�lective, et c'est bien pour cela que nous tentons une exp�rience pour voir, � l'issue de celle-ci, s'il est possible de l'�tendre. On a vu, notamment pour les journaux et magazines, que nous n'avons pas pu �quiper l'ensemble des foyers parisiens. C'est donc un point sur lequel nous devons �tre extr�mement vigilants.
Voil�, Monsieur le Maire, les pr�cisions que je voulais apporter, en remerciant encore ces deux orateurs de la qualit� de leurs propos.
M. Roger ROMANI, adjoint, pr�sident. - Je remercie M. TR�M�GE
Je suspens le Conseil de Paris si�geant en Conseil municipal.
(La s�ance, suspendue � quinze heures cinq minutes, est reprise � quinze heures quarante minutes sous la pr�sidence de M. le Maire de Paris).

Octobre 1997
Débat
Conseil municipal
retour Retour