retour Retour

29- 1997, DLH 287 - Réalisation par la S.A.G.I. d'un programme de construction comprenant 39 logements locatifs intermédiaires, des locaux commerciaux et 39 places de stationnement situé 143-145, rue de Crimée (19e). - Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement des emprunts à contracter pour le financement de ce programme. - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention du 11 janvier 1979 signée avec ladite société.



M. G�rard LEBAN, adjoint, pr�sident. - Nous passons au projet de d�lib�ration DLH 287 concernant la r�alisation par la S.A.G.I. de 39 logements et 39 places de stationnement au 134-145 rue de Crim�e.
La parole est � Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER.- Monsieur le Maire, une erreur de num�ro sans doute dans l'�nonc� de ce projet de construction (134-145, rue de Crim�e) me permettra de vous poser une question qui m'inqui�te : pouvez-vous me dire si le projet sur lequel nous avons � d�lib�rer porte bien sur le terrain situ� 143-145, rue de Crim�e et sur celui-l� uniquement ?
Dans la pr�sentation de l'objet de ce projet de d�lib�ration, vous parlez du 134 et, au 134, se trouve une charmante maison d'angle, d'un �tage, qu'il faudrait absolument conserver. Le rez-de-chauss�e est en bon �tat, ce qui n'est pas le cas du 1er �tage. C'est un signal toujours inqui�tant ! Une nouvelle construction n'apporterait rien en surface, tellement le terrain est exigu, � moins que vous ne pr�voyiez de d�molir l'h�tel situ� au 132, mais c'est un immeuble en tr�s bon �tat. Si c'�tait le cas, une nouvelle construction � l'angle de cette rue, forc�ment plus haute qu'� l'heure actuelle, enl�verait beaucoup de lumi�re aux maisons situ�es en face, rue de Lorraine. Ce serait de l'acharnement.
Dans le cas contraire, il serait int�ressant de peindre une sc�ne en trompe-l'oeil sur le mur pignon, �galement en parfait �tat, situ� au-dessus de cette maison du 134.
J'aimerais par cons�quent que vous me rassuriez sur le sort de cette maison qui apporte, � elle toute seule, beaucoup de charme � cette partie de la rue.
M. G�rard LEBAN, adjoint, pr�sident. - Merci, Madame.
Monsieur BULT�, vous avez la parole.
M. Michel BULT�, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Maire, je n'aurai qu'un mot : je rassure Mme SCHNEITER.
Il y a eu dans ce projet de d�lib�ration une malheureuse faute de frappe. Ce n'est qu'une faute de frappe.
Le programme se situe bien au 143-145, rue de Crim�e, et pas ailleurs. Et il n'est pas question, Madame SCHNEITER, que nous touchions un seul " cheveu " des b�tisses que vous avez �voqu�es.
Donc, je vous rassure pleinement, notre programme se cantonne uniquement au 143 et 145, rue de Crim�e, et nous sommes pr�ts, bien entendu, � recevoir toutes vos suggestions pour les b�timents avoisinants.
M. G�rard LEBAN, adjoint, pr�sident. - Merci, Monsieur BULT�.
Je mets aux voix, � main lev�e, le projet de d�lib�ration DLH 287.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de d�lib�ration est adopt� � la majorit�, le groupe communiste, Mmes SCHERER et SILHOUETTE, ayant vot� contre, M. REVEAU s'�tant abstenu. (1997, DLH 287).

Janvier 1998
Débat
Conseil municipal
retour Retour