retour Retour

2009, Vœu déposé par M. François LEBEL, Mme Martine MÉRIGOT-de-TREIGNY et les membres du groupe U.M.P.P.A. relatif à l'entretien de l'église Saint-Philippedu-Roule. Vœu déposé par M. François LEBEL, Mme Martine MÉRIGOT-de-TREIGNY et les membres du groupe U.M.P.P.A. relatif à l'entretien de l'église Saint-Augustin.


M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, pr�sident. - Nous passons � l'examen du v?u r�f�renc� n� 78 dans le fascicule, d�pos� par le groupe U.M.P.P.A., relatif � l'entretien de l'�glise Saint-Philippe-du-Roule.

Je donne la parole � M. Fran�ois LEBEL, du groupe U.M.P.P.A., maire du 8e arrondissement.

M. Fran�ois LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Je vous remercie. Si vous le permettez, je grouperai les v?ux n� 78 et n� 79, puisqu?il s'agit de deux monuments cultuels du 8e arrondissement : Saint-Philippe-du-Roule et Saint-Augustin.

A ce propos, je regrette que Mme BROSSEL, nouvellement charg�e de ces questions, ne soit pas parmi nous, parce que cela aurait permis de...

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, pr�sident. - Mme POURTAUD, adjointe, est l�.

M. Fran�ois LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Cela lui aurait permis d'expliquer � son successeur la gravit� des probl�mes qui se posent.

La Ville, ne l'oublions pas, est propri�taire de ces deux b�timents. Dans un cas, il s'agit d'un monument de la fin du XVIIIe si�cle dont l'architecte �tait Chalgrin, dans le style de Ledoux, et qui contient des ?uvres peintes de qualit�, actuellement attaqu�es par la pluie.

Pourquoi ? Parce que la toiture est remplac�e, depuis maintenant un certain nombre de mois, par des b�ches qui �videmment, � chaque temp�te ou � chaque coup de vent, s'envolent.

Si on veut sauver la seule ?uvre monumentale de Chass�riau, un peintre connu du milieu du XIXe si�cle, il faudrait peut-�tre �viter qu'elle ne passe sous la pluie et, de ce fait, peut-�tre commencer simplement par assurer le clos et le couvert � ce monument et aux ?uvres qu'il contient.

Quant � Saint-Augustin, c'est un peu la m�me chose, on peut aimer ou ne pas aimer l'architecture de cette �glise. Elle est quand m�me de Baltard et c'est un exemple unique en Europe d'une construction monumentale � base de fer. Elle est d'ailleurs au programme de tous les �l�ves des �coles d'architecture. Elle est visit�e par de nombreux touristes et elle est dans un �tat d�plorable.

C'est pourquoi je souhaiterais que la nouvelle adjointe charg�e de ces probl�mes puisse faire quelque chose pour �viter que notre patrimoine ne tombe en ruine. Vous me direz que cela fait des ann�es que je parle de ces deux monuments, sans r�sultat.

J'esp�re, ch�re Madame l'adjointe, que vous allez enfin vous y consacrer, et en tout cas y consacrer un minimum afin qu'il ne pleuve plus dans ces propri�t�s municipales.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, pr�sident. - M. LEBEL ayant pr�sent� deux v?ux, je vous demande, Madame POURTAUD, de bien vouloir r�pondre aux deux v?ux.

Mme Dani�le POURTAUD. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Monsieur LEBEL, Monsieur le Maire du 8e arrondissement, je voudrais vous dire que : rassurez-vous, la transmission des dossiers a �t� faite.

Et je voudrais �galement vous assurer que je partage votre passion pour le patrimoine parisien dont nous savons tous bien � quel point il est n�cessaire et un des ressorts essentiels du dynamisme touristique de la Capitale.

Mais comme vous le savez aussi, notre pr�occupation de la restauration, de la valorisation et de la pr�servation du patrimoine civil et cultuel parisien est une priorit� de l'Ex�cutif municipal depuis 2001.

Je vous rappelle que ce sont 85 millions d'euros qui ont �t� investis lors de la pr�c�dente mandature et qui ont permis notamment de r�nover la tour Saint-Jacques, de d�buter la restauration de la tour nord de Saint-Sulpice et d'engager plus de 40 op�rations majeures sur 34 �difices. En parall�le de ces op�rations structurelles, un travail de mise aux normes des installations �lectriques et de chauffage, de restauration et de s�curisation des ?uvres d'art a �t� engag�. Le remarquable travail engag� par ma pr�d�cesseure s'inscrit dans la prolongation de ce chantier de rattrapage n�cessaire, pour nous permettre de transmettre aux g�n�rations futures les richesses patrimoniales parisiennes.

Je parle bien de rattrapage, Monsieur LEBEL, car il me semble important de vous rappeler que, sous la mandature de 1995 � 2000, seul l'�quivalent de 27,5 millions d'euros ont �t� investis sur le patrimoine cultuel parisien. Ce manque de cr�dits a fait souffrir nombre d'�difices qui, faute d'interventions r�guli�res, ont vu leur situation sanitaire se d�grader. Il est probable que les toits de Saint-Philippe-du-Roule ne se sont pas perc�s en un jour ! Que n'avez-vous obtenu des maires qui nous ont pr�c�d�s avant 2001 qu'ils ne r�alisent la r�novation n�cessaire ?!

Par ailleurs, je vous rappelle que pr�s de 500.000 euros ont �t� investis sur cet �difice depuis 2001 et ont permis la restauration des ch�neaux ouest de la nef et des faux transepts. Des travaux de toiture et de mise en conformit� des installations de chauffage et d?�lectricit� essentiels � la s�curit� des paroissiens ont par ailleurs �t� r�alis�s. Les services de la Direction des Affaires culturelles interviennent par ailleurs r�guli�rement afin de r�aliser les travaux de s�curisation et d'entretien et, bien entendu, de colmater les fuites que vous �voquiez.

Enfin, l'ampleur de la t�che en mati�re de pr�servation du patrimoine cultuel parisien appelle un phasage dans le temps des travaux mais aussi des choix dans le contexte budg�taire qui est le n�tre et que je n'ai pas besoin de rappeler.

Or, d'autres �difices n�cessitent des interventions plus urgentes que Saint-Philippe-du-Roule. C?est notamment, par exemple, le cas de Saint-Paul-Saint-Louis et de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

C'est pourquoi il ne m?est malheureusement pas possible de m'engager pour que les travaux structurels que vous nous demandez soient r�alis�s sur Saint-Philippe-du-Roule en 2010.

En ce qui concerne Saint-Augustin, je ne r�p�terai pas ce que je viens de dire sur les consid�rations budg�taires, mais je me permets quand m�me de vous rappeler que sur Saint-Augustin, des travaux d'un montant de 300.000 euros ont �t� r�alis�s pour les couvertures, l?�lectricit� et le chauffage. Malheureusement, il n'est pas possible d'envisager le ravalement que vous nous demandez d�s 2010.

Sur les deux v?ux, Monsieur le Maire, je demande aux �lus du 8e, au vu de mes explications et des travaux d�j� engag�s, de bien vouloir les retirer. Sinon, je serais oblig�e de donner un avis d�favorable.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, pr�sident. - Monsieur LEBEL, maintenez-vous vos v?ux ou les retirez-vous ?

M. Fran�ois LEBEL,maire du 8e arrondissement. - J?ai �cout� Mme le Maire. Vous nous avez largement expliqu� que vous n'aviez pas d'argent et que vous aviez l?intention de ne rien faire. Dans ces conditions, voter ou ne pas voter un v?u n'a aucune importance ! Je note avec d�plaisir que les 85 millions d?euros que vous avez, para�t-il, consacr�s � ce type de travaux n'ont pas permis de retirer les b�ches qui emp�chent � peu pr�s la pluie d'entrer dans Saint-Philippe-du-Roule. C?est tout !

A partir de l�, que voulez-vous que je vous dise ? Je le note et les Parisiens le noteront �galement. Point � la ligne !

Je vais donc retirer ces deux v?ux, puisque, de toute fa�on, la r�ponse est : "circulez, il n'y a rien � voir ni � entendre" !

Mars 2009
Débat
Conseil municipal
retour Retour