retour Retour

2009, DPVI 11 - Signature d' une charte de gestion urbaine de proximité sur le quartier Joseph Bédier - Porte d'Ivry entre la Ville de Paris, la SEMAPA et Paris Habitat.


M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, pr�sident. - Nous allons examiner le projet de d�lib�ration DPVI 11 relatif � la signature d'une charte de gestion urbaine de proximit� sur le quartier Joseph B�dier - Porte d?Ivry, entre la Ville de Paris, la S.E.M.A.P.A. et "Paris Habitat".

Je donne la parole � Mme Emmanuelle BECKER.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers coll�gues, Le projet de d�lib�ration pr�sent� aujourd'hui formalise une d�marche impuls�e par la Ville depuis 2004. Cette d�marche de gestion urbaine de proximit� sur le quartier Joseph B�dier - Porte d?Ivry, a �t� l?un des axes majeurs engag�s par les services de la Ville et leurs partenaires depuis 2004.

Je tiens � saluer le travail men� pendant ces derni�res ann�es par l?Adjointe � la Politique de la ville, Mme Martine DURLACH, poursuivi par Mme Gis�le STIEVENARD, les services de la Ville et leurs partenaires, notamment les gardiens de "Paris Habitat" et la S.E.M.A.P.A. qui contribuent � l'am�lioration quotidienne des conditions de vie des habitants (propret�, nuisances, am�lioration pour les personnes �g�es, activit�s pour les jeunes) et � leur implication dans les projets urbains.

Il nous est demand� aujourd'hui de formaliser cette d�marche positive en votant une charte qui permettra la reconnaissance des acteurs de terrain, cette charte constituant un cadre permettant une meilleure visibilit� du travail en commun � l'?uvre depuis quelques ann�es, dont le but est de pr�server l'environnement des habitants lors des grandes phases de transformation du cadre urbain et b�ti.

Formaliser cette d�marche doit aussi, nous l'esp�rons, contribuer � acc�l�rer la signature de la convention avec l?A.N.R.U. et l?ensemble des partenaires. Je rappelle que le dossier de candidature pour ce site a �t� d�pos� depuis 2007 et nous devrions en 2009 �tre amen�s � signer la convention.

La Ville a fait un effort financier important dans le quartier B�dier en offrant de nouveau locaux au centre social dans l?immeuble neuf de l?O.P.A.C. Claude R�gaud. Malheureusement, nous attendons encore l'investissement de l'Etat pour l'am�nagement du nouveau local qui tarde comme d?habitude, h�las, lorsqu'il s'agit des quartiers politique de la ville.

Je conclus, et vous l?aurez tous compris : le groupe communiste et �lus du parti de gauche votera ce projet de d�lib�ration. Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, pr�sident. - Merci.

Je donne la parole � Mme Gis�le STIEVENARD.

Mme Gis�le STIEVENARD, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Je remercie Mme Emmanuelle BECKER d?attirer l?attention du Conseil sur ce projet de d�lib�ration et je m'associe � l'hommage rendu � notre coll�gue Mme Martine DURLACH qui a investi beaucoup d'�nergie pour que la politique de la ville ait toute sa place dans notre Capitale.

Je tiens � pr�ciser que cette charte vient couronner un travail en commun des divers acteurs locaux : la Ville, la mairie d'arrondissement, les bailleurs, les associations et les habitants. L'objectif est bien s�r d'am�liorer la qualit� de vie des habitants de nos quartiers en mati�re de tranquillit�, de qualit� des espaces verts, de la voirie, des �quipements. Vous avez aussi mentionn� le centre social. Il est vrai que nous souhaiterions que l'A.N.R.U. soit davantage au rendez-vous des besoins de financement qui s'expriment dans nos diff�rents quartiers politique de la ville.

Il reste que cette charte est la premi�re qui est pr�sent�e devant le Conseil de Paris. Elle sera suivie de beaucoup d'autres : quatre au moins dans le courant de l'ann�e 2009 pour les secteurs Pouchet, Montmartre-Clignancourt, Goutte d'Or et Michelet, et les autres quartiers suivront.

Il est important de renforcer la coop�ration des services dans le traitement du cadre de vie des habitants du quartier B�dier-Porte d?Ivry en l'occurrence, ce qui permet la r�solution plus rapide des nuisances qui peuvent �tre constat�es.

La gestion urbaine de proximit�, vous avez raison, a �t� mise en marche voil� plusieurs ann�es. Des r�unions se tiennent, appel�es "cellules de veille", r�guli�rement, pour faire le point sur la situation des quartiers et permettre � l'ensemble des acteurs d'�changer et de d�cider en temps utile des interventions n�cessaires.

J'ajoute que la DPVI consacre une large part de son enveloppe annuelle d'investissement � des op�rations d'am�nagement de proximit�, comme la requalification des recoins, les am�nagements d'espaces publics de proximit�, �galement � des actions de sensibilisation des habitants sur des questions d'usage, de tri s�lectif, de propret�.

L'existence de ces chartes, �labor�es en �troite relation avec les mairies d'arrondissement et les bailleurs, permet v�ritablement de prendre en compte la demande, les attentes des habitants.

J'indique, pour conclure, que le document sera sign� officiellement dans les prochaines semaines par la Mairie de Paris, la mairie du 13e arrondissement, la S.E.M.A.P.A. et "Paris Habitat".

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, pr�sident. - Merci.

Je mets aux voix, � main lev�e, le projet de d�lib�ration DPVI 11.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de d�lib�ration est adopt�. (2009, DPVI 11).

Mars 2009
Débat
Conseil municipal
retour Retour