retour Retour

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A relatif aux travaux polluants de rénovation de la gare Saint-Lazare.


M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - Nous passons � l'examen du v?u r�f�renc� n� 88 dans le fascicule, d�pos� par le groupe U.M.P.P.A., relatif aux travaux polluants de r�novation de la gare Saint-Lazare.

Je donne la parole � M. LEBEL, pour une minute.

M. Fran�ois LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Merci.

Nous savons tous que les gares de Paris ont subi r�cemment des remises � niveau avec d'importants travaux. C'est aujourd'hui le tour de la Gare Saint-Lazare pour laquelle sont pr�vus des r�am�nagements tr�s importants.

Ces travaux vont g�n�rer 70.000 m�tres cubes de gravats et un certain nombre de milliers de m�tre cubes �galement de ciment et de mat�riaux pour alimenter le chantier.

La S.N.C.F. n'a rien trouv� de mieux que d'�vacuer ces dizaines de milliers de m�tres cubes par des camions diesel qui vont polluer le 8e arrondissement, le 17e arrondissement et tous les abords de l'itin�raire qu'ils prendront pour d�charger ces gravats.

Il est quand m�me un peu �tonnant qu'� l'heure du Grenelle de l'environnement, du Plan climat vot� � l'unanimit� par le Conseil de Paris, que la S.N.C.F. ose, comme le dit d'ailleurs M. BONNEPART, directeur des lignes normandes de la S.N.C.F. qui m'�crit que "Entreprise responsable, la S.N.C.F. est particuli�rement vigilante sur l'environnement".

Je dois dire que si la Ville de Paris n'est pas capable d'imposer � la S.N.C.F. sur son territoire un minimum pour respecter le Plan climat et le Grenelle de l'environnement, eh bien il n'y a plus qu'� tirer l'�chelle !

Je compte sur vous, Mesdames et Messieurs de la majorit� et de l'Ex�cutif, pour imposer � la S.N.C.F. un minimum d'attitude responsable et non polluante.

M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - La parole est � Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci, Monsieur le pr�sident.

Je partage naturellement l'ambition de ce voeu, mais je veux, Monsieur LEBEL, vous faire deux pr�cisions de taille. La premi�re, c'est que la Ville de Paris n'a pas les moyens r�glementaires d'astreindre - je reprends les propos du v?u - la S.N.C.F. et ses entreprises prestataires � utiliser le rail ou tout autre moyen de transport non polluant.

Ensuite, je doute que la Gare Saint-Lazare que vous connaissez bien, Monsieur le Maire, puisse se pr�ter � un trafic de fret, compte tenu de la saturation des voies, de la difficult� � acheminer les mat�riaux de chantier � travers les espaces ouverts aux voyageurs.

Il ne faudrait pas que cela se fasse au pr�judice de la circulation des transports en commun, ni bien �videmment au d�triment de la s�curit� des usagers. Quant � l'usage de la voie ferr�e la nuit, je crains l� aussi qu'une telle solution ne soit source de nuisances pour les riverains de la gare et pour ceux qui, bien s�r, habitent le long du faisceau ferroviaire.

En tout �tat de cause, je m'engage � �crire au pr�sident de la S.N.C.F. pour lui demander d'examiner de pr�s ce probl�me que vous soulevez, et d'y apporter les solutions. Je suis s�re que le maire du 8e a aussi saisi le pr�sident de la S.N.C.F.

Je vous demanderai, par cons�quent, de bien vouloir retirer votre voeu.

M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - Monsieur LEBEL, acceptez-vous de retirer votre v?u ?

M. Fran�ois LEBEL, maire du 8e arrondissement. Madame LEPETIT, non, je suis tout � fait d�sol� parce que les arguments que vous m'avez donn�s, je les connais d�j�, ils m'ont d�j� �t� donn�s par la S.N.C.F. par une lettre dat�e du 14 ao�t. Je ne vois pas ce qu'il y a de nouveau. Quant � demander au pr�sident de la S.N.C.F., je ne vois pas ce qu'il va vous r�pondre d'autre.

En retirant mon v?u, et en me rangeant � vos arguments, cela voudrait dire que j'ent�rine le fait que la Mairie de Paris, malgr� ses belles d�clarations, accepte la pollution par 70.000 m�tres cubes divis�s par trente m�tres cubes de camion, c'est�-dire des milliers de camions fonctionnant au diesel.

Quant � l'argument des nuisances aux riverains, c'est la premi�re fois que j'apprends que les transports non polluants par fer sont polluants et g�nent les riverains. Je ne savais pas que cela g�nait plus les riverains que les camions qui fonctionnent au diesel.

Maintenant, en ne retirant pas ce v?u, j'aurais la r�ponse � la question que j'ai pos�e. Nous saurons ce que veut la Ville de Paris.

M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - Madame la Maire, vous souhaitez r�pondre ?

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Oui, juste une seconde.

Simplement, je ne comprends pas la r�ponse de M. LEBEL que je trouve contradictoire. A la fois je vous dis que la Ville de Paris n'a pas les moyens r�glementaires d'astreindre. Or c'est la teneur m�me de votre v?u. En revanche, je vous dis que je vais saisir le Pr�sident directeur g�n�ral de la S.N.C.F. et vous me dites que cela ne sert � rien !

Je souhaite aller dans votre sens sur le fond, mais je ne peux pas faire voter votre voeu puisqu'il n'est pas r�glementaire dans sa r�daction. Voil� ce que je voulais vous dire.

M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - Monsieur le s�nateur ?

M. Yves POZZO di BORGO. - Juste une explication de vote, Madame LEPETIT.

Nous allons voter le v?u avec le maire du 8e arrondissement mais, en effet, il y a le poids politique de la Mairie de Paris. Si la Mairie de Paris veut s'impliquer dans un dossier comme cela, elle peut le faire. Mais je suis d�sol�, vos mesures sont des mesures dilatoires. C'est fou parce qu'� partir du moment o� �a vient d'une mairie de l'opposition...

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Vous n'�coutez pas ce que je dis !

M. Yves POZZO di BORGO. - Non, Madame LEPETIT, je suis d�sol�.

Il y a le poids politique du Maire de Paris et je ne comprends pas pourquoi il ne met pas ce poids. Quand on passe Gare Saint-Lazare, je vous assure que c'est vraiment un gros probl�me.

Evidemment, vous vous r�fugiez derri�re les textes r�glementaires mais ce n'est pas cr�dible. Nous voterons le v?u du maire du 8e arrondissement.

M. Bernard GAUDILL�RE, adjoint, pr�sident. - Je mets aux voix, � main lev�e, la proposition de v?u d�pos�e par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis d�favorable de l'Ex�cutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repouss�e.

Octobre 2008
Débat
Conseil municipal
retour Retour