retour Retour

2008, DAC 378 - Approbation du règlement d’emploi des intervenants culturels des musées de la Ville de Paris.


M. Christian SAUTTER, adjoint, pr�sident. - Nous passons � l?examen du projet de d�lib�ration DAC 378 relatif � l?approbation du r�glement d?emploi des intervenants culturels des mus�es de la Ville de Paris.

C?est Mme Laurence GOLDGRAB qui interroge Mme BROSSEL.

Mme Laurence GOLDGRAB.- Je voudrais attirer votre attention sur le projet de d�lib�ration DAC 378 actant la contractualisation des intervenants culturels des mus�es municipaux, et d�finissant les r�gles r�gissant leurs conditions.

Ce processus de contractualisation des conf�renci�res et des conf�renciers met un terme � une situation pr�caire qui n?�tait pas acceptable. En l?�tat, est pr�vue la cr�ation de 45 contrats de droit public � dur�e d�termin�e pour une p�riode de 3 ans renouvelable express�ment et qui, au-del� de 6 ans, sera renouvel�e pour une dur�e ind�termin�e.

Il faut saluer le dialogue extr�mement constructif qui s?est tenu entre la Ville, les syndicats et les repr�sentants du personnel qui a permis de mener � bien ce processus de contractualisation. La concertation s?est d�roul�e de mani�re exemplaire entre tous les acteurs concern�s.

Il faut rendre hommage � tous les participants � ce processus auquel nos coll�ges, Colombe BROSSEL et Christophe GIRARD, ont pris toute leur part.

Au-del� de la contractualisation attendue des agents concern�s, il existe un r�glement d?emploi pr�cis sur les missions des intervenants culturels, leur place et l?organisation de leur temps de travail au sein de nos mus�es.

Ces employ�s qui participent directement � la d�mocratisation de la culture par le travail de m�diation pr�cieux qui est le leur, voient ainsi leurs missions et leurs t�ches profond�ment valoris�es, puisque le r�glement d?emploi auquel ils ont accept� de se r�f�rer pr�voit explicitement que leur r�le est de guider tous les publics qu?il s?agisse des enfants de nos �coles, des seniors, des personnes en situation de handicap, des personnes �loign�es de la culture, au sein des collections parisiennes. En leur donnant les connaissances n�cessaires au travers de conf�rences, bien s�r, mais aussi d?ateliers, visites, animations, contes, ils vont ainsi permettre aux Parisiennes et Parisiens dans leur diversit� de mieux conna�tre et d?appr�cier � sa juste valeur le patrimoine exceptionnel de nos mus�es.

Comme promis par M. le Maire de Paris, par ce texte, c?est bien l?am�lioration de la qualit� de l?offre rendue aux Parisiennes et Parisiens qui fr�quentent ces mus�es qui est vis�e.

Je voulais souligner que la Ville continue l?�norme travail initi� sous la pr�c�dente mandature en faveur de la d�mocratisation de l?acc�s � la culture.

M. Christian SAUTTER, adjoint, pr�sident. - Merci, Madame GOLDGRAB.

Je donne la parole � Mme Colombe BROSSEL pour r�pondre � vos propos louangeurs.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, au nom de la 9e Commission. - Moins une r�ponse qu?un remerciement pour votre intervention, Madame GOLDGRAB.

Comme vous, je me f�licite que le Conseil de Paris soit aujourd?hui saisi de ce projet de d�lib�ration qui permettra la contractualisation de 45 intervenants culturels au sein de nos mus�es. Ceci marque la poursuite du travail qui a �t� engag� au cours de la mandature pr�c�dente de d�pr�carisation d?un certain nombre d?emplois et notamment � la Direction des affaires culturelles. Je pense au processus intervenu au sein des conservatoires.

Cette contractualisation �tait attendue par les personnels. Elle va permettre � ces personnes, dont la plupart font vivre nos mus�es depuis de longues ann�es, de voir leurs conditions de travail s?am�liorer et leur situation � terme p�rennis�e.

Au-del�, et vous l?avez dit, ce sont bien les missions qu?accomplissent ces personnels qui sont reconnues en tant que telles et c?est gr�ce au travail qu?ils et qu?elles font au sein des mus�es que nous allons pouvoir continuer, voire amplifier l?action en cours pour que les enfants des centres de loisir, les enfants des �coles, les personnes en situation de handicap, les personnes les plus �loign�es de la culture, dans des processus d?insertion socioprofessionnelle, les seniors, puissent acc�der � l?ensemble des richesses contenues dans nos mus�es et permettre ainsi une plus grande diversification encore des publics qui fr�quentent nos mus�es.

Un dernier mot. Ces partenariats, ils et elles en seront les chevilles ouvri�res. Ceci n?a pu intervenir et avoir lieu que parce que le dialogue social, et nous en avons d�j� largement parl� aujourd?hui, qui s?est nou� � l?occasion de cette discussion a �t� tout � fait fructueux, voire exemplaire, apportant ainsi la preuve que lorsqu?on met de l?intelligence dans le dialogue social, tout le monde arrive � en sortir par le haut.

Je voudrais, pour conclure, remercier l?ensemble des organisations syndicales, l?association repr�sentante des conf�renci�res et conf�renciers de mus�es et les personnels de la Direction des Affaires culturelles qui ont permis que cet engagement du Maire de Paris puisse �tre pris et r�alis� en un temps record et � la satisfaction de tous.

M. Christian SAUTTER, adjoint, pr�sident. - Merci, Madame BROSSEL.

Je mets aux voix, � main lev�e, le projet de d�lib�ration DAC 378.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de d�lib�ration est adopt�. (2008, DAC 378).

Juillet 2008
Débat
Conseil municipal
retour Retour