retour Retour

12 - 2003, ASES 26 G - Subvention de fonctionnement à l'association "Age d'Or de France" (9e). - Montant : 3.811 euros


Mme Gis�le STIEVENARD, pr�sidente. - Nous passons au projet de d�lib�ration ASES 26 G portant attribution d'une subvention de fonctionnement � l'association "Age d'Or de France" (9e).
Mme CH�RIOUX de SOULTRAIT a la parole. Mme HOFFMAN RISPAL lui r�pondra.
Mme Jo�lle CH�RIOUX de SOULTRAIT. - Merci, Madame la Pr�sidente.
Je souhaite intervenir sur ce projet de d�lib�ration pour regretter la faiblesse de la subvention propos�e � l'association "Age d'Or".
C'est une association qui est bien connue de notre collectivit�, qui a �t� reconnue d'utilit� publique en 1979. Elle g�re 10 clubs � Paris et propose des ateliers, des voyages, etc.
Cette association a pr�s de 1.000 adh�rents et elle conna�t aujourd'hui des difficult�s de recrutement. Ses difficult�s ont eu une incidence sur la situation financi�re. Or je note que "L'Age d'Or" a pris les mesures n�cessaires pour y pallier notamment en r�duisant ses frais, et en faisant appel � ses adh�rents.
A un moment o� le soutien financier de la Ville est particuli�rement important pour aider l'association � renouveler ses adh�sions aux jeunes et � s'ouvrir aux jeunes retrait�s, je note que non seulement le montant de la subvention propos�e repr�sente seulement un quart du montant sollicit�, mais aussi cette subvention a �t� en consid�rable diminution.
"L'Age d'Or" a plus que jamais besoin de notre aide. Or celle-ci n'est pas � la hauteur des attentes r�elles de l'association qui m'a contact�e.
Je suis par cons�quent tr�s �tonn�e de la proposition qui nous est faite, d'autant que vous ne nous avez pas habitu�s � une telle parcimonie.
Nous allons voter cette subvention malgr� la rigueur injustifi�e et malgr� la fa�on dont vous traitez une association dont l'action est remarquable et qui correspond � un besoin pour les Parisiens les plus �g�s.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
Mme Gis�le STIEVENARD, pr�sidente. - La parole est � Mme HOFFMAN-RISPAL.
Mme Dani�le HOFFMAN-RISPAL, au nom de la 6e Commission. - Je partage beaucoup de choses de ce que vient de dire Mme CH�RIOUX de SOULTRAIT.
"L'Age d'Or" m�rite, � mon sens, effectivement d'�tre soutenue par la collectivit� parisienne. Elle comprend effectivement 950 adh�rents et propose diff�rentes activit�s qui sont � saluer et vous l'avez fait remarquer, puisque c'est expos� dans le projet de d�lib�ration.
Elle propose des activit�s dans les diff�rents clubs qu'elle g�re mais aussi un grand nombre d'ateliers.
Aux activit�s dites classiques : bridge, dessin, photo, chorale, couture, l'association met l'accent sur des activit�s particuli�rement int�ressantes, comme l'informatique, permettant de d�velopper des actions interg�n�rationnelles.
Ces actions ont le m�rite de pr�venir l'isolement dont sont victimes les personnes �g�es, jeunes retrait�s ou non.
On peut aussi saluer que les membres de l'association se rendent dans les h�pitaux, les maisons de retraite, les prisons. Je souligne �galement l'action de pr�vention engag�e par la publication du guide "Si je tombe".
A ce titre, je ne dirai jamais assez que la pr�vention des chutes est prioritaire et que nous faisons des efforts en ce sens avec les associations de soutien � domicile dont je viens de parler.
Il n'est pas du tout question dans notre esprit de remettre en cause le soutien du D�partement � cette association. Simplement, je crois que cela ne concerne pas que les personnes �g�es. L'examen des comptes a fait appara�tre une tr�s nette am�lioration en ce qui concerne la situation de la tr�sorerie, plus un exc�dent de 10.000 euros au compte 2002.
C'est pourquoi nous avons d�cid� pour le moment que si vraiment il y avait d'autres difficult�s, eh bien nous regarderions cela de plus pr�s.
A partir du moment o� des associations ont un exc�dent, je consid�re que nous pouvons ajuster pour l'ann�e en cours, donc effectivement, par rapport � 2002, la subvention est baiss�e de moiti�, � 3.800 euros.
Je n'ai pas connaissance de nouvelles difficult�s, mais plut�t disons d'une tr�sorerie exc�dentaire.
Je vous invite � voter favorablement ce projet de d�lib�ration.
Je voudrais aussi pr�ciser, par rapport � ce que me disait Mme CH�RIOUX de SOULTRAIT, il y a quelques instants, que nous finan�ons cette ann�e de nouveaux projets associatifs qui n'existaient pas.
L�, il s'agit d'associations qui ont �t� financ�es depuis un certain nombre d'ann�es. Je pense principalement au Caf� social, rue Palikao, dont le travail est remarquable et correspond vraiment � une attente des retrait�s.
Je pense � la Maison ouverte sur le 14e, � l'h�pital Broussais, projet compl�tement int�gr� � la vie de la cit�, dont mercredi l'ach�vement des travaux prendra forme. Il est clair que si nous subventionnons aussi des projets nouveaux et int�ressants, nous pouvons ajuster quand besoin est, les associations qui ont une tr�sorerie.
Mme Gis�le STIEVENARD, pr�sidente. - Merci.
Je mets aux voix, � main lev�e, le projet de d�lib�ration ASES 26 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de d�lib�ration est adopt�. (2003, ASES 26 G).

Juin 2003
Débat
Conseil général
retour Retour